Thursday, January 18, 2018

Non, il n'y a rien d'unique dans les soi-disant propriétés 3D du Suaire de Turin! C'est une propriété générale de toutes les images imprimées! Même les taches de sang et les marques de rousseur répondent!


Affichage en construction.

Voici une série de photographies montrant des rendus en 3D d'une gamme d'images - en commençant par des images simples créées sur un ordinateur sans historique 3D, et se terminant par celles qui le font.

Étant donné qu'il n'y a pas de différence évidente dans la réponse 3D - tous réagissent à un logiciel préprogrammé qui convertit simplement la densité de l'image (peu importe son acquisition) en hauteur sur une troisième dimension entièrement imaginaire, autrement dit la hauteur sur un nouvel axe z.  J'espère que cet article dissipera une fois pour toutes la prétention que la réponse de l'image corporelle du Suaire de Turin dans les programmes informatiques de rendu 3D est unique ou différente à tous égards de celle d'autres empreintes, ou même de peintures .

On peut spéculer sur les raisons des différences de densité d'image sur l'image corporelle TS. Bien que l'on puisse supposer ou non que l'image originale et /ou 3D ait été dérivée d'un sujet 3D par un mécanisme ou un autre (impression par contact, photographie), on n'a pas le droit de conclure que la 3D-ness alléguée de l'image améliorée dit quelque chose sur la 3D-ness du sujet d'origine.

Oui, il est plus que probable que le 'sujet' soit 3D, ou peut-être un bas-relief, mais n'a pas besoin d'être dans le but de générer une réponse 3D dans un logiciel de rendu 3D approprié qui n'a aucun moyen de connaître l'histoire du sujet, ou connaissant la distance entre l'image et le sujet au moment de la capture de l'image.

Preuve? On peut faire une image grossière de l'image corporelle TS, et montrer qu'elle répond aussi étonnamment bien au logiciel de rendu 3D, bien que l'esquisse n'ait aucune histoire 3D.

Résumé: Le logiciel de rendu 3D répond simplement aux différences de densité d'image, et ne dit RIEN sur la manière dont ces différences ont été acquises, que ce soit par simple impression par contact ou par des moyens plus exotiques revendiqués par certains en sindonologie.

Here's a series of photographs showing 3D renderings of a range of images - starting with simple ones created on a computer with no 3D history, and ending with ones that do.  

Given there's no obvious difference in the 3D response - all of them  responding to pre-programmed software that simply converts image density (no matter how acquired)  to height on an entirely imaginary third dimension, i.e. height on a new z axis above the original xy plane - I hope this posting will dispel once and for all the claim that the response of the Turin Shroud body image in 3D-rendering computer programs is in any way unique, or different in any important respects from that of other imprints, or even paintings. 

One can speculate as to the reasons for the differences in image density on the TS body image. While one may or may not suppose the  original and/or 3D-rendered image to have been derived from a 3D subject by one or other mechanism (contact imprinting, some kind of photography) one is not entitled to conclude that the alleged 3D-ness of the enhanced image tells one anything about the 3D-ness of the original subject. 

Yes, it's more than probable that the 'subject' was 3D, or possibly a bas relief,  but did not need to be in order to generate a 3D-response in appropriate 3D-rendering software that has no way of knowing the history of the subject, or knowing the distance between image and subject at the moment of image capture.

Evidence? One can make a crude sketch image of the TS body image, and show that it too responds surprisingly well to 3D-rendering software, despite the sketch having no 3D history whatsoever.

Summary: 3D rendering sofware simply responds to differences in image density, and tells one NOTHING about the manner in which those differences were acquired, whether by simple contact imprinting or more exotic means that are claimed by some in sindonology.



1. Vue dorsale frontale du Suaire de Turin (Shroud Scope) avec contraste ajouté
(Frontal v dorsal views of Turin Shroud body image from Shroud Scope with added contrast)


2. Comme ci-dessus, après le rendu 3D dans le logiciel ImageJ. 
As above, after 3D-rendering in ImageJ software


3. Retour en 2012, cet enquêteur a souligné quelque chose de totalement inattendu si l'image du Suaire était "unique" comme revendiqué. Les 1532 marques de roussissement ont également répondu au rendu 3D!
Back in 2012, this investigator pointed out something totally unexpected if the Shroud image was "unique" as claimed. The 1532 scorch marks also responded to 3D-rendering!



4. On peut utiliser un logiciel graphique pour créer ses propres images sans historique 3D. Ils répondent également magnifiquement au logiciel de rendu 3D
One can use graphics software to create one's own images with no 3D history.  They also respond magnificently to 3D-rendering software



5. Même cette peinture ancienne de l'image du Voile de Veronica répond magnifiquement au logiciel de rendu 3D
Even this ancient painting of the image of the Veil of Veronica responds magnificently to 3D-rendering software



6. Sur la gauche est une empreinte de farine rôtie d'un jouet en plastique 3D (au centre). Cette empreinte a également répondu magnifiquement au logiciel de rendu 3D
On the left is a roasted flour imprint of a 3D plastic toy (centre). That imprint also responded magnificently to 3D-rendering software


7. L'empreinte la plus simple, comme celle de ma main mouillée sur le tissu, peut générer des images 3D, en commençant par l'image négative (tonalité inversée) ou la même après conversion en positif.
The simplest imprint, like this one of my wet hand onto fabric, can generate 3D-images, starting with the negative (tone-reversed) image or the same after conversion to a positive.


8. Une empreinte de farine de ma propre main a été utilisée pour produire cette image 3D de type Suaire
A flour imprint of my own hand was used to produce this Shroud-like 3D image 



9. La farine imprimant mon visage sur le lin a produit cette image, qui a également répondu un peu à la 3D. Le nez déformé était le résultat de presser mon visage dans le linge.
Flour imprinting my face onto linen produced this image, which also responded a little to 3D. The distorted nose was the result of pressing my face down hard into the linen.




10. Un croquis de charbon brut du visage de l'Homme sur le Linceul peut être amélioré, d'abord par inversion de tonalité (négative à positive) suivi d'un rendu 3D pour produire une image sans doute avec cette apparence sereine du Linceul!
A crude charcoal sketch of the face of the Man on the Shroud can be improved, first by tone-inversion (negative to positive) followed by 3D-rendering to produce an image arguably with that serene Shroud-like appearance!



11. Même si la conférence de Pasco, aux États-Unis, a été aussi récente que l'année dernière, on continue de prétendre que la réponse de Shroud au logiciel de rendu 3D est «unique». Où est la preuve pour soutenir cette demande?
Even as recent as last year's Pasco, USA conference, the claim continues to be made that the Shroud response to 3D-rendering software is "unique". Where's the evidence to back up that claim?




12. Voici la page de titre de la publication actuelle sur mon site de blog Shroud spécialisé
Here's the title page of the current posting on my specialist Shroud blogsite

https://shroudofturinwithoutallthehype.wordpress.com/2018/01/12/how-40-years-of-pseudoscience-and-digital-tomfoolery-deftly-morphed-an-imaginative-14th-century-modelling-of-joseph-of-arimatheas-up-and-over-fine-linen-sheet-probably-intended/

No comments: